27 février 2007

Plantage de décor et première escapade

 Bonjour !

Voici les premières petites nouvelles, histoire de dire que tout va bien ici, avant que le blog n’arrive prochainement. Internet arrive à la maison lundi, donc ça sera beaucoup plus facile.

Dans l’ordre : l’appartement, la ville, le campus, l’escapade !

L’appartement est chouette, un peu déprimant au début d’arriver dans un truc tout vide, mais maintenant que tout le monde est là, c’est impec’ ! On est cinq : avec moi il y a donc Nina une allemande, Jin un coréen, Rivin un local, Pierre-Olivier un québécois (c’est assez marrant de discuter avec lui d’ailleurs, il m’arrive de ne pas biter un mot de ce qu’il me raconte, même en français… !). Ils sont tous les quatre très sympa, apparemment motivés par la vie en petite communauté donc tout devrait bien se passer ! Je ferai bientôt une petite vidéo pour montrer l’appartement et le décor. Toutes les chambres donnent sur notre jardin, commun à toute la résidence, donc très convivial. Après le jardin, c’est directement Auckland Domain, un grand parc très agréable. Avec tout ça, on ne se croit vraiment pas au beau milieu de la plus grande ville du pays !

Mon adresse est :

Anaïs Beddok

Flat 11

8 Claybrook Road,

Parnell,

Auckland (1001),

NOUVELLE-ZELANDE

N’oubliez pas que j’adore recevoir du courrier, alors n’hésitez pas !

 Le centre ville en lui-même est plutôt hideux… c’est simplement des buildings, les uns à côté des autres, plus grands les uns que les autres, assez modernes soit, mais sans aucune harmonie entre eux. Ca fait assez fouillis. Le port de plaisance en revanche est vraiment chouette. Le campus principal de l’université est dans le centre. On est loin de la petite école d’ingénieur mono-bâtiment… Il y a moult bâtiments, c’est un peu le bordel pour s’y retrouver, mais fort heureusement, cet effort m’est épargné, ce n’est pas mon campus ! Le mien (Tamaki Campus) se trouve à une douzaine de kilomètres de centre-ville, à 45 minutes, en bus. Mais ça vaut le déplacement, il est tout pépère, des petits bâtiments style école primaire, d’où on voit la mer au loin, des bancs, des palmiers… La tranquillité ! Pendant les pauses (nombreuses), on a droit à thé, café, petits gâteaux à volonté ! La classe ! Bon, par contre, l’accès à internet pour les étudiants, ils connaissent pas trop… Du moins ils sont pas pressés, on devrait avoir les mots de passe, les cartes d’accès, les conneries comme ça en fin de semaine prochaine, au mieux…

Et devinez qui fait un stage au Tamaki Campus, dans le même bâtiment, au même étage, dans le même couloir, deux salles plus loin ?????????? Lise Vaudor, de spé !!!!!!!!!!!!! C’est pas fou ça ???!!! Je suis passée deux trois fois devant son bureau, et au bout de la troisième fois, je me suis dit « si c’est pas elle, la ressemblance est vraiment flippante, faut que je lui dise qu’elle a un sosie en France, elle pourra ptetre faire fortune ! »

Bon alors tout le monde dit « je suis pas venu au bout du monde pour voir des gens que je connais ou du même pays que moi », d’accord d’accord, mais n’empêche que je trouve que c’est quand même bien agréable une tête connue de temps en temps, et parler français c’est aussi très reposant par moments ! Surtout que l’anglais ici est assez difficile. Je ne comprenais pas trop pourquoi les gens me disaient « ouah, ils ont un putain d’accent! » Ah ben maintenant je comprends… les premiers jours, c’était vraiment dur, ils avalent la moitié des mots, ils remplacent les « è » par des « i ». On a beau dire que les Américains parlent un anglais chewing-gum, il s’avère qu’il y avait une Américaine dans le groupe, et que son anglais me paraissait une leçon pour débutants à côté des locaux… Donc à la fin d’une journée, de terrain d’autant plus, il est assez difficile d’arriver à se concentrer suffisamment pour comprendre ce que les gens disent, l’esprit part ailleurs, et les conversations voisines ne sont plus qu’un bruit de fond lointain. Mais ça commence à venir ! J’espère juste ne pas choper leur putain d’accent !

Mardi, nous sommes partis en petit stage terrain, dans la Coromandel Peninsula, région réputée pour sa forêt native bien préservée, à deux heures de route d’Auckland. Le trajet était déjà assez sublime, dès sortis de la ville. Des collines à perte de vue, des collines des collines des collines, avec des vaches ou des moutons dessus ! Pas un seul champ n’est plat, c’est marquant ! La forêt est un peu plus en altitude, pleine de fougères arborescentes, bien dense, bien verte… Nous avons eu l’occasion d’effectuer un transect à travers la forêt, pour poser des pièges à rats, des pièges à souris, de quoi relever les empreintes, en fin d’après-midi, et nous sommes aller récolter les résultats le lendemain matin (un rat attrapé !). On a également été inité au comptage d’oiseaux, tous nouveaux pour moi (pour ceux que ça intéresse : fantail, greywarbler, silvereye, tui… aucune idée de ce que ça donne en français, désolée), et de recenser la végétation, là encore toute nouvelle pour moi, d’autant plus que chaque plante a deux noms : le nom commun européen (mais dans la forêt native, il n’y a pas une seule plante que j’ai déjà vu dans nos contrées), et le nom maori… ça se complique !

Voilà pour cette première semaine ! Les photos suivront sur le blog.

 

J’ai maintenant un mois de libre devant moi, système un peu bizarre, mais qui permet de faire un peu de tourisme.

 

Posté par anaisbeddoknz à 01:51 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Plantage de décor et première escapade

    After read blog topic's related post now I feel my research is almost completed. happy to see that.Thanks to share this brilliant matter.

    Posté par Science Research, 30 septembre 2010 à 20:20 | | Répondre
  • rhooooo ! chuis tout fier !!!

    Plein de bisous décalés!

    Francis

    Posté par francis, 27 février 2007 à 19:56 | | Répondre
  • Hey girl

    salut ma louloute.
    Joyeuse Nouvelle Zélande!!!

    Posté par pierrot, 06 mars 2007 à 23:07 | | Répondre
Nouveau commentaire